Le microentrepreneuriat

Faire de l’élevage une source durable de revenus

Un constat :
une activité d’élevage de subsistance malgré les débouchés

Bien que le secteur agricole soit au cœur de l’économie et de l’emploi dans la majorité des pays africains, et mobiliser ⅔ de la population active, il ne représente que 15 % du produit intérieur brut (PIB). Cette contribution de l’agriculture relativement faible à la formation du PIB s’explique par le fait qu’il n’y a pas de transformation de l’agriculture qui reste caractérisée par une faible évolution de la productivité du secteur rural.

Le boom démographique et l’urbanisation croissante en Afrique ouvrent des débouchés potentiels très importants pour l’agriculture familiale. Alors que l’élevage représente une activité économique d’avenir, cela reste une activité de subsistance précaire et les petites exploitations peinent à survivre.  

L’enjeu est de renverser cette tendance en passant de cette activité d’élevage de subsistance à une microentreprise capable de sécuriser alimentation et revenus à long terme en milieu rural.

Pour celles et ceux qui souhaitent faire de l’activité d’élevage une source durable de revenus, de nombreux obstacles s’ajoutent aux aléas climatiques et à la concurrence des produits importés :

  • Une offre de formation souvent limitée et peu accessible en milieu rural, notamment pour les jeunes vulnérables et les femmes, pour des métiers de la terre qui sont peu valorisés. 
  • Un accès au crédit compliqué pour des activités d’élevage considérées comme non solvables par les banques. 
  • Un manque de débouchés identifiés, stables et rémunérateurs dans des filières de commercialisation faiblement organisées.

Notre ambition :
Faire de l’entrepreneuriat d’élevage un levier contre la pauvreté

Pour Elevages sans frontières, l’entrepreneuriat est un moyen d’aller vers l’autonomie grâce à une activité d’élevage génératrice de revenus. En donnant les clés aux éleveuses et éleveurs pour leur permettre de vivre dignement et sainement de leur travail, l’entrepreneuriat peut s’appuyer sur une dynamique familiale ou individuelle et constituer un levier de lutte contre la pauvreté. 

Afin de lever les multiples freins, Elevages sans frontières facilite d’abord l’accès aux ressources et à la formation, améliore la productivité de l’agriculture familiale en valorisant et préservant les ressources naturelles, et favorise durablement l’autonomie des familles paysannes qu’elle accompagne. Élevages sans frontières développe un mode d’entrepreneuriat local, rentable et responsable, prenant en compte les enjeux environnementaux et sociaux. De la fourche à la fourchette, une volonté de création de valeur est mise en œuvre. L’élevage est un système complet d’activités incluant : la fourniture d’animaux, l’élevage, la transformation, le commerce et la consommation.

Notre savoir-faire :
équiper, former, fédérer et valoriser

Notre action repose sur quatre piliers :

1. Une impulsion de départ avec un accès aux moyens de production sur le principe solidaire et multiplicateur « Qui reçoit… donne »

Élevage sans frontières encourage la création de microentreprises d’élevage par une approche qui responsabilise et fédère les bénéficiaires.  

Le principe concret et efficace de microcrédit en animaux « Qui reçoit… donne » est à la base de tous les projets. Depuis un capital de départ en animaux, ce principe  permet de créer un système d’autofinancement mutualisé entre les éleveurs.  Il crée de la valeur sociale sur les territoires et tend à s’institutionnaliser comme un service de financement en nature au sein des organisations paysannes soutenues. De même, l’aide à l’installation des bâtiments d’élevage sur le principe du don de matériaux unit les éleveurs bénéficiaires pour la construction collective des bâtiments.  Enfin, la fourniture au démarrage d’aliments pour les animaux et de soins vétérinaires démontre les effets bénéfiques d’une bonne alimentation animale et des vaccins. Ceci laisse le temps aux éleveurs de dégager des revenus pour prendre en charge ces dépenses.

2. La transmission et la mutualisation du savoir et du savoir-faire entre éleveurs

La formation prônée par Elevages sans frontières comprend des modules axés sur la gestion pratique et les techniques d’élevage, dont la durée, le contenu et les outils sont adaptés aux bénéficiaires majoritairement peu lettrés. 

Élevages sans frontières encourage la mutualisation de connaissances et la valorisation des compétences entre pairs. Des temps comme les rencontres entre éleveurs débutants et confirmés ou les visites d’échanges sont de puissants moteurs de la construction du collectif, révélateurs de la force de la mutualisation des connaissances. Pour aller encore plus loin, Elevages sans frontières expérimente les « élevages-écoles » qui consistent à mettre un éleveur.euse expérimenté.e et son élevage en tant que support pratique de formation et d’expérimentation au centre du dispositif d’assistance technique d’un projet.

3. Un accompagnement jusqu’à la commercialisation des produits d’élevage

Dans des régions comme l’Afrique de l’Ouest, avec l’essor d’un véritable marché pour les produits locaux diversifiés et de plus en plus transformés, « nourrir les villes » est devenu un véritable enjeu pour les filières agro-alimentaires locales. Afin de contribuer au développement économique et social des territoires ruraux et à une meilleure répartition des richesses créées au sein des chaînes de valeurs, agir sur l’aval des filières animales est indispensable.

Dans cet objectif, Elevages sans frontières accompagne les organisations paysannes dans l’acquisition de moyens pour transformer et distribuer leurs produits animaux (lait, fromage, yaourt, viande, animaux vifs,…) :

  • La formation technique des éleveurs est complétée par des modules d’approfondissement sur l’esprit d’entreprise, la gestion et la commercialisation.
    Un appui financier permet aux acteurs de la transformation de se doter d’équipements et de petites infrastructures pour transformer, collecter et vendre.
  • La mise en place et la promotion de circuits-courts de distribution des produits animaux aident les producteurs locaux à faire face à la concurrence de produits importés avec un positionnement de produits du terroir sains et de qualité, respectueux des ressources naturelles et de la santé des consommateurs.

    Cela peut se traduire par la constitution de comités au sein des coopératives d’éleveurs pour identifier les débouchés et mutualiser la commercialisation. Sur certains projets, Elevages sans frontières va jusqu’à appuyer la création de marque commerciale, valorisant la dimension terroir des produits.

4. La mise en relation avec les institutions financières monétaires ou les banques

L’identification des éleveurs et éleveuses qui ont les capacités et l’envie d’aller plus loin dans le développement de leur activité peut constituer pour ces microentrepreneurs une passerelle pour un accès aux financements institutionnels ou bancaires. A titre d’exemple, l’attribution d’un  prix aux projets les plus solides à des « éleveurs-talents » permet d’apporter une aide financière mais surtout une mise en lien de ces éleveurs avec les Institutions de Microfinance. 

Ce prix est également attribué aux femmes par les bourses “éleveuse talent”, et aux jeunes, par les bourses “graine de talent”. Ces prix apportent la garantie bancaire nécessaire pour certains établissements bancaires. L’accompagnement de l’éleveuse ou éleveur apporte en plus une garantie sur la fiabilité et pérennité du projet, et participe à lever les réserves des banques lors de demandes de prêts. 

Enfin, les lauréats de ces prix sont mis en lien, de manière à créer et animer une communauté d’entrepreneurs ruraux, faciliter leur reconnaissance et la pérennité de leur activité par des échanges, des temps communs de formations, etc.

Une entrepreneuse témoigne

Le crédit reçu m’a permis d’améliorer mon poulailler et grâce à cela, j’ai eu une autre aide de l’Etat avec laquelle j’ai pu acheter des mangeoires, des abreuvoirs et clôturer mon site d’élevage pour le bien-être de mes pintades. L’élevage me rapporte deux fois plus que le champ : en mai de cette année, j’ai gagné 461 000 FCFA (700 euros*). Ce qui m’a permis d’acheter de l’aliment pour pintade, de payer la scolarisation et les soins des enfants et d’équiper la maison avec télévision et antenne parabolique

 

Nakordja, 33 ans, du canton de Kantindi (Région des Savanes) au Togo

* Au Togo le SMIC est à 35 000 FCFA soit 53€

Une entrepreneuse témoigne

UNE seule santé

Santé humaine, santé animale et santé des écosystèmes : des enjeux indissociables.