Cap sur la Voie Lactée

PARTAGER

Le Burkina Faso est un des 10 pays les plus pauvres au monde. Les familles d’éleveurs vivent dans une situation de très grande vulnérabilité aggravée par la crise sanitaire. La population doit aussi faire face au terrorisme qui sévit dans la sous-région : plus de 800 000 personnes ont dû fuir le nord du pays où les attaques sont fréquentes.

Leur espoir de sortir de la pauvreté se trouve dans leur activité d’élevage, notamment grâce à la production de lait. Malheureusement, les revenus issus de leur activité d’élevage sont menacés par le contexte environnemental et sécuritaire qui se dégrade mais aussi par l’importation massive de poudre de lait moins cher, enrichi en huile de palme et donc de moins bonne qualité.

Pour aider les éleveurs laitiers et leurs familles, Elevages sans frontières a lancé le projet “Voie Lactée”. Il a pour objectif de contribuer à la sécurité alimentaire, à la réduction de la pauvreté et à l’émancipation des femmes dans la province de l’Oubritenga.

Les avancées du projet sur le terrain

Grâce à la mobilisation de plus de 3 000 donateurs lors de notre campagne de Noël en décembre dernier, 150 femmes éleveuses burkinabè ont pu commencer à améliorer leurs élevages.

A ce jour, notre partenaire burkinabè APIL a pu mener les actions suivantes :

  • La sélection de 150 éleveuses en situation de grande vulnérabilité dans 6 villages de la province de l’Oubritenga (100 éleveuses de vaches et 50 éleveuses de chèvres),
  • Un diagnostic des pratiques d’élevage avec les éleveuses et les éleveurs pour définir les améliorations à apporter,
  • Les premières sessions de formation en « Amélioration du site d’élevage » dispensées aux 150 éleveuses,
  • L’implantation d’une parcelle démonstrative de fourrage amélioré au sein du centre agroécologique d’APIL pour une initiation des éleveuses à la culture de l’herbe haute « maralfalfa ».

Les activités prévues dans les mois à venir

Dans les mois à venir, APIL et Elevages sans frontières travailleront avec les familles d’éleveurs sur :

  • L’amélioration de 75 hangars-étables,
  • L’achat de 25 vaches qui seront placés dans ces abris,
  • La poursuite des formations notamment pour la sélection, l’alimentation et la santé des animaux,
  • L’implantation d’une seconde parcelle fourragère démonstrative,
  • Le lancement de groupes de discussions sur les droits des femmes,
  • La mobilisation d’une troupe de théâtre pour la réalisation/conception/montage de saynètes de sensibilisation sur l’importance de la protection des droits des femmes, du lait local et du développement de pratiques respectueuses de l’environnement.

L’aide précieuse apportée grâce aux donateurs représente la clé de l’autonomie alimentaire et économique de ces 150 familles d’éleveurs et notamment des femmes. Grâce à vous, elles pourront enrichir leur alimentation et donc préserver leurs enfants de la malnutrition, et obtenir des revenus pour mieux se soigner, améliorer leur habitat et scolariser leurs enfants.

Merci d’aider ces femmes et leurs familles à sortir de la pauvreté grâce à une activité d’élevage durable !

Les dernières actualités

UNE seule santé

Santé humaine, santé animale et santé des écosystèmes : des enjeux indissociables.