L’année de la pandémie est marquée par un pic de la faim dans le monde

PARTAGER

L’année de la pandémie est marquée par un pic de la faim dans le monde

Comme les Nations Unies l’ont fait savoir récemment, la faim dans le monde s’est aggravée de manière dramatique durant l’année 2020 – une grande partie de la hausse est liée aux conséquences du Covid-19.

Il est estimé que 811 millions de personnes soit environ un dixième de la population mondiale – était en situation de sous-alimentation en 2020. Et c’est l’Afrique qui a connu la plus forte poussée de la faim, avec une prévalence de la sous-alimentation estimée à 21 % de la population.

Cette crise sanitaire révèle la fragilité profonde des systèmes alimentaires locaux : les petits producteurs peinent à vivre dignement de leur travail, dépendent des chaînes d’approvisionnement et des marchés locaux, sont trop peu soutenus face aux crises sanitaires et climatiques et font face à la concurrence des importations et au manque de filières pour valoriser leur production.

Ce qui peut être fait

La transformation des systèmes alimentaires est essentielle pour atteindre la sécurité alimentaire, améliorer la nutrition et permettre à tous d’avoir accès à une alimentation saine.

Une des voies à suivre est de renforcer la résilience des plus vulnérables face à l’adversité économique – en mettant par exemple en place des programmes d’aide en espèces ou en nature pour réduire les conséquences de la pandémie ou l’instabilité des prix des denrées alimentaires.

Ce que fait Elevages sans frontières sur le terrain

Les équipes d’Elevages sans frontières contribuent à l’organisation d’un système alimentaire durablement plus juste par l’implantation d’activités d’élevage familial productives et respectueuses de l’environnement, par l’appui de pratiques agroécologiques, par le développement de circuits courts et la promotion de la production locale.

Au Togo par exemple, nous faisons la promotion d’un modèle de production agricole intégrée entre élevage et production rizicole, nous développons une offre de produits locaux de viande de chèvre en circuit court et contribuons à l’implication de tous les acteurs de la chaîne dans le renforcement de systèmes alimentaires locaux ; afin de mieux nourrir les familles togolaises.

En savoir plus sur le projet “du Champ à l’Assiette”

Au Bénin, nous mettons en place un modèle innovant de circuit-court de commercialisation des viandes locales écoresponsable, basé sur un partenariat entre des éleveurs et éleveuses et une entreprise privée, pour une consolidation du « Produire Local – Consommer Local ».

En savoir plus sur le projet “Filières vertes”

Au Burkina Faso, nous améliorons la production laitière et la résilience des systèmes d’élevage par l’expérimentation de l’élevage caprin laitier conduit par les femmes, le développement d’un circuit court, juste et équitable pour une offre de produits laitiers de qualité et la promotion des produits issus de la filière laitière locale auprès des consommateurs ; dans le but de renforcer la résilience des éleveuses burkinabè.

En savoir plus sur le projet “La voie lactée des femmes de l’Oubritenga”

Au Maroc, nous développons les compétences techniques et entrepreneuriales des femmes et leurs capacités d’entreprendre et nous appuyons les dynamiques collectives des éleveuses pour renforcer leurs initiatives économiques et leurs compétences ; afin d’améliorer leur autonomie sociale et économique.

En savoir plus sur le projet “Envol des femmes”

Ensemble, engageons-nous avec détermination et pragmatisme pour une alimentation locale suffisante pour tous, en quantité et en qualité. La sécurité alimentaire de millions de personnes – dont beaucoup d’enfants – est en jeu.

Il faut agir maintenant pour espérer atteindre l’objectif «Faim zéro» pour 2030 des Objectifs de Développement Durable des Nations Unies.

Les dernières actualités

UNE seule santé

Santé humaine, santé animale et santé des écosystèmes : des enjeux indissociables.